Cavaillon, ville aux multiples facettes

CHOISISSEZ VOTRE VISITE GUIDÉE, SOIRÉE OU EXPÉRIENCE DANS LE LUBERON, ET Réservez en ligne

Adossée à la colline Saint-Jacques et baignée par les eaux de la Durance, Cavaillon a bénéficié de tout temps de son positionnement géographique pour traverser l'histoire. On vous emmène, à sa découverte...

Ville nature, avec la colline Saint-Jacques au coeur de la cité, Cavaillon n'en reste pas moins marquée par son histoire et offre au visiteur curieux de nombreux témoignages de son passé :

La chapelle Saint Véran

Il est difficile de ne pas voir cette chapelle tant l’art du baroque s’exprime avec cette multitude de détails, de sculptures et de… dorures ! Quand vous entrez dans la cathédrale, c’est la première chapelle sur votre gauche ; en général votre regard se pose directement dessus puisque la porte lui fait face.

Chapelle Saint Jacques

Chapelle Saint Véran

Saint Véran

Saint Véran

À l’origine, elle était dédiée à Saint Martin. Cette chapelle, à la décoration exubérante, fût souhaitée par l’évêque de Cavaillon, Philippe de Cabasolle, ami de Pétrarque. Un peu plus tard on y fera transporter les reliques de Saint Véran, 1er évêque de Cavaillon ; la chapelle est alors entièrement rénovée et consacrée au saint.

Retable Saint Véran

Le retable en bois doré de Barthélemy Grangrier (1650) encadre une toile de Pierre Mignard (1657) représentant le plus célèbre miracle de Saint Véran. On y voit ce dernier enchaînant et débarrassant la région d’un horrible drac, ou dragon, que l’on appelle dans le pays la Coulobre. Hélas l'autel, qui est l'ancien maître-autel de la cathédrale, cache la tête de la bête.

Voûte de la Chapelle Saint Véran

La voûte et les deux panneaux latéraux sont de Jacques Bernus, sculpteur réputé du Comtat Venaissin. Sur la voûte, nous pouvons y découvrir plein de symboles. Dans les coins les attributs de l’évêque portés par des angelots : la mitre, la crosse ainsi que trois allégories représentant chacune d’elles une des vertus de Saint Véran, les flèches symbolisent le zèle, les clefs représentent la charité et dans un coin, on peu apercevoir une tête d’éléphant qui est le signe de la bénignité, du côté affable et doux de l’évêque et saint.

Si ces détails montrent la vie du saint, il y en a d’autres qui sont présents comme pour rappeler que nous sommes à Cavaillon ; et que ces décorations sont ancrées dans leur temps. En effet, au milieu, regardez bien… vous y découvrirez un tétragramme dans un triangle, c’est le nom de Dieu écrit en hébreu !

Tétragramme - Chapelle Saint Véran

Tétragramme - Voûte de la chapelle Saint Véran

Canal St Julien

Au XIIème siècle, l’évêque de Cavaillon décide de construire près d’une chapelle au nom de Saint-Julien, un moulin à blé qui portera son nom. Pour le faire fonctionner il a bien sûr besoin d’eau. C’est pourquoi il demande l’autorisation, au Comte de Toulouse, de dériver les eaux de la Durance. 1171 : le canal Saint-Julien est né ! Il est alors le plus canal de Provence !

Concession par Raymond V, duc de Narbonne, comte de Toulouse et marquis de Provence à Benoît, évêque de Cavaillon, du droit de dériver les eaux de la Durance.  5 mai 1171.
Source : Archives départementales de Vaucluse, cartulaire de l’évêché de Cavaillon 

L’ « acte de naissance » de l’irrigation à Cavaillon : concession faite aux habitants par l’évêque Rostaing Bellinger de se servir des eaux du béal de son moulin de Saint-Julien pour arroser leurs terres.  1er février 1235.
Source : Archives municipales de Cavaillon.

Les premiers arrosages ont lieu au XIIIème. Puisque les moulins sont alimentés par les eaux de la Durance via un canal, les cavaillonnais souhaitent faire de même pour irriguer leurs terres. L’évêque de Cavaillon autorise alors aux habitants l’utilisation des eaux du canal pour irriguer la plaine agricole.

Au XVIème siècle, avec l’essor de la production agricole, l’alimentation en eau devient précaire. Il devient urgent de réaménager le canal ; notamment en le raccordant plus en amont aux abords de Mérindol. Mais, pour se faire, il faut une autorisation… royale ! Fort heureusement, en 1537, François Ier, qui revient d’Italie, passe en Provence. Il donne alors l’autorisation de capter les eaux de la Durance plus en amont.

Gravure médiévale - Canal Saint Julien

Plan général des arrosages du quartier du Grès, XVIIe s., Archives nationales.

Mais qui s’occupe du canal ?

Après deux siècles de lutte, les agriculteurs propriétaires, les utilisateurs du canal et de la mairie de Cavaillon, en appel à la préfecture de Vaucluse. Ce dernier met en place un syndicat forcé par arrêté préfectoral le 30 juillet 1818, c’est ce syndicat qui est en charge du canal,

Depuis le Moyen-âge, le Canal Saint-Julien contribue au développement de la culture de fruits et légumes, notamment le célèbre melon de Cavaillon. Cette riche plaine agricole s’étend aujourd’hui sur plus de 6 000 hectares.

Ouvriers du syndicat du canal Saint-Julien

Ouvriers du syndicat du canal Saint-Julien construisant la prise d’eau en Durance, vers 1930.
Source : Pierre Sarnette, ancien directeur du canal (cliché Archives municipales de Cavaillon).

Travaux à la prise

Travaux à la prise : plantation des pieux de la prise d’eau en Durance, vers 1930.
Source : Pierre Sarnette, ancien directeur du canal (cliché Archives municipales de Cavaillon).

La Canau

La "Canau" : un ingénieux aqueduc hérité du XVIe s. carte postale, vers 1900.
Source : Archives municipales de Cavaillon.

Zoom sur la Canau

En 1538, le baron Jean Maynier d’Oppède avait obtenu de l’évêque et de la communauté la concession des eaux du fuyant du moulin de Saint-Julien pour en arroser son domaine du Rouret, sur la rive droite du Coulon. Restait à concevoir un ouvrage capable de porter les eaux du Saint-Julien par-delà le cours du Coulon : ce fut la remarquable Canau, ouvrage d’art unique en son genre (classé Monument historique depuis 2011).
L’ouvrage est formé de deux arches en pierre qui se touchent en leur centre et s’éloignent à leurs extrémités. Cette forme particulière, outre qu’elle présente une grande  résistance aux crues, permettait de supporter un aqueduc en bois doublé d’une bâche étanche, suspendu à la voûte par des crochets métalliques. Le sommet de l’ouvrage permettait le passage des piétons. En cas de crue, seul l’aqueduc en bois - facilement remis en état -  était emporté, alors que les arches restaient en place.

Le Canal Saint-Julien à Cheval-Blanc

Le Canal Saint-Julien à Cheval-Blanc de nos jours

Aujourd’hui, le canal est long de 200 km ; il est raccordé à la Durance (aux abords de Mallemort) jusqu’à Caumont-sur-Durance. Que ce soit le canal « principal », ou ses dérivations, il traverse plusieurs communes (Cheval-Blanc, Les Taillades, Robion, Cavaillon, Le Thor, L’Isle-sur-Sorgue, Caumont-sur-Durance).

Un émissaire célèbre pour les Melons de Cavaillon

1864, la bibliothèque municipale de Cavaillon apparaît. Toute jeune, et bien vide de livres. Le bibliothécaire, Antoine Zacharie Seguin, a alors une idée : pourquoi ne pas demander aux auteurs un don de leurs plus fameux récits ?

Lettre du conseiller municipal et bibliothécaire Antoine Zacharie SEGUIN à Alexandre Dumas, que l’écrivain fit paraître dans Le Petit Journal, périodique parisien  à très grand tirage, 7 septembre 1864.
Source : BNF, Gallica,  https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5886950/f2.item

C’est ainsi que des romanciers, des poètes, des félibres, tels que Victor Hugo, William Bonaparte-Wyse, Théodore Aubanel, mais aussi Alexandre Dumas, reçoivent cette lettre. Si le don demandé faisait état de 3 ou 4 ouvrages, Alexandre Dumas lui, voit les choses en grand : c’est un exemplaire de chacune de ses œuvres qu’il est prêt à offrir à la ville ! Mais en échange d’une petite contrepartie…

Voici sa réponse : « Si la ville et les autorités de Cavaillon estiment mes livres, j’aime fort leurs melons ; et je désire qu’en échange de mes trois ou quatre cents volumes, il me soit constitué par arrêté municipal, une rente viagère de douze melons par an. Les frais d’envoi bien entendu demeurant à ma charge ». Le 13 novembre 1864, le conseil municipal votera à l’unanimité ce décret !

Réponse autographe d’Alexandre Dumas à Antoine SEGUIN

Réponse autographe d’Alexandre Dumas à Antoine SEGUIN (extrait), 17 août 1864.
Carpentras, bibliothèque-musée Inguimbertine
Approbation préfectorale de la délibération du conseil municipal de Cavaillon
Approbation préfectorale de la délibération du conseil municipal de Cavaillon du 13 novembre 1864, 6 décembre 1864.
Source : Archives municipales de Cavaillon.

L’histoire aurait pu rester dans les seules annales cavaillonnaises, mais les lettres sont publiées dans Le Petit Journal (tiré alors à Paris à près de 150 000 exemplaires). ; les dons d’ouvrages vont alors affluer vers la bibliothèque de Cavaillon.

Alexandre Dumas devient alors un émissaire de renom ! Pour la bibliothèque municipale d’abord, puisqu’elle comptera 876 volumes à la fin de l’année 1864, et le double l’année suivante. Pour le fameux Melon de Cavaillon également ! Si il pouvait s’enorgueillir d’une réputation de grand écrivain de son temps, il pourra en faire de même concernant sa rente de 12 melons par an.

Il n’oubliera pas cette amitié culinaire avec la ville, dans le Grand Dictionnaire de Cuisine qu’il a écrit, il dit :

« Je n'ai qu'un désir à émettre, c'est que mes livres aient toujours pour les Cavaillonnais le même charme que leurs melons ont pour moi. C'est à la fois une occasion qui se présente d'exprimer à mes bons amis de Cavaillon toute ma reconnaissance, et de désigner à toute l'Europe leurs melons comme les meilleurs que je connaisse. »

Caricature d'Alexandre Dumas

Caricature parue dans la presse avignonnaise (Le Grelot) tournant en ridicule l’écrivain et sa rente en melons, 2 octobre 1864.
Source : Archives municipales de Cavaillon.

Buste d’Alexandre Dumas

Buste d’Alexandre Dumas, Société des amis d’Alexandre Dumas, 1983.
Source : Archives municipales de Cavaillon.

La richesse de la biodiversité dans la plaine de Cavaillon

En suivant la Durance pour remonter vers la Colline Saint-Jacques et rejoindre le cours d’eau du Coulon.

La Durance, rivière dite « capricieuse », autrefois redoutée pour ses crues, est pourtant le plus grand torrent d’Europe. C’est la mère nourricière de toute la Provence. Cette rivière en lacets, et un vrai corridor biologique.

Dans les eaux courantes on y trouve plusieurs centaines d’invertébrés, de poissons. Les bras morts de la rivière et les forêts riveraines accueillent de nombreuses espèces d’oiseaux aquatiques et de mammifères, et delà aux portes de la ville de Cavaillon.

La Durance

La colline Saint-Jacques c’est l’unique relief calcaire de la plaine de Cavaillon, elle est un morceau du Petit Luberon isolé de celui-ci. Sa flore et habitats naturels bénéficient d’un climat méditerranéen chaud et sec, son massif est recouvert de taillis à chêne vert, pinède de pin d’Alep dans les vallons abrités, garrigues à chêne kermès, et romarins ailleurs.

Parmi les plantes que l'on peut trouver dans la garrigue de la colline St Jacques, il y a celle qui inspira l'architecture depuis l'antiquité : l'acanthe

Plusieurs espèces d’oiseaux y nichent, le Hiboux Grand-duc, et le Monticole bleu. Le Lézard ocellé fréquente aussi les garrigues ouvertes et rocailleuses de ce site. Toutes sortes d’insectes.

Monticole bleu - ©OT LCDP

Acanthus mollis - ©OT LCDP

aigrette garzette - ©JP Michel

Le Coulon, aussi appelé Calavon, est une rivière de type torrentielle dans le Parc naturel Régional du Luberon. Elle prend sa source au village de Banon, sur les contreforts du Plateau d’Albion dans les Alpes de Haute Provence en passant dans les extraordinaires Gorges d’Oppedette  elle poursuit son cours en passant par la ville d’Apt et de Cavaillon, pour se jeter 86 km plus bas dans la Durance.

On note par ailleurs la présence de 46 espèces animales patrimoniales, dont 9 déterminantes. Parmi celles-ci : plusieurs mammifères, comme les chauve-souris, le castor d’Europe, oiseaux : la chouette chevêche, le cincle plongeur, le Circaète Jean-le-Blanc, ..., des insectes terrestres et aquatiques (papillon, libellules), et des poissons.

Castor d'Europe

Castor d'Europe - ©OT LCDP

Martin-pêcheur site Calavon, Les Beaumettes

Martin-pêcheur - ©OT LCDP

Fauvette mélanocéphale

Fauvette mélanocéphale - ©OT LCDP

Cygne

Cygne - ©OT LCDP

Vous aimerez aussi...

Synagogue de Cavaillon et musée Juif Comtadin  - Horaires et infos
Synagogue / Musée Juif Comtadin

Découvrez la synagogue de Cavaillon, chef-d’œuvre de l’art comtadin du XVIIIe, l’une des plus remarquables maisons de prières juives connues....

Cavaillon, la ville du Luberon
Cavaillon, la ville du Luberon

Découvrez Cavaillon dans le Luberon, son histoire, les endroits à visiter absolument, son célèbre melon et sa via Ferrata.

Cathédrale Notre-Dame et Saint-Véran
Cathédrale Notre-Dame et Saint-Véran

La cathédrale Notre-Dame et Saint-Véran est un monument de style roman situé à Cavaillon dans le Parc Naturel Régional du Luberon. Découvrez ce...

Hôtel d'Agar à Cavaillon
Hôtel d'Agar

L'hôtel d'Agar est inscrit aux Monuments historiques avec son jardin remarquable et son temple romain, situé au coeur du centre ancien de Cavaillon.

les Traces antiques à Cavaillon et aux alentours !
les Traces antiques à Cavaillon et aux alentours !

De la période antique, restent de nombreux vestiges encore visibles. On vous emmènent à la découverte de certains d'entre eux, entre Cavaillon et Apt.

Cavaillon | Découverte de la ville du Luberon
Cavaillon, ville aux multiples facettes

Adossée à la colline Saint-Jacques et baignée par les eaux de la Durance, Cavaillon a bénéficié de tout temps de son positionnement géographique...

Chapelle & Ermitage Saint-Jacques à Cavaillon
Chapelle Saint-Jacques

La chapelle romane de Saint-Jacques, charmant petit édifice au décor sobre à l’image des chapelles rurales, est implantée sur un promontoire de la...


Galerie photos

Chapelle Saint Véran
Saint Véran
Saint Véran
Retable Saint Véran
Voûte de la Chapelle Saint Véran
Tetragramme - Chapelle Saint Véran
Charte Canal Saint Julien
Acte de naissance Canal Saint Julien
Gravure médiévale - Canal Saint Julien
Canau - Cavaillon
4 PriseDurance_v1900_AMC_BD.jpg
6 OuvriersPrise_v1930_AMC_BD.jpg
Canal Saint Julien - Cheval-Blanc
Lettre d'Antoine Zacharie Seguin à A. Dumas parue dans Le Petit Journal
Réponse autographe d’Alexandre Dumas à Antoine SEGUIN
Approbation préfectorale de la délibération du conseil municipal de Cavaillon du 13 novembre 1864
Caricature parue dans la presse avignonnaise
Buste d’Alexandre Dumas
Fermer la carte intéractive

Commandez vos brochures

Découvrez nos brochures du Luberon coeur de Provence pour préparer vos week-end et vacances : guide touristique, hébergement, randonnées, agenda...

Commandez

Newsletter

Bons plans, dernière minute, agenda, événement, vidéo, abonnez-vous à notre Super newsletter !

S'inscrire